Articles nouveaux du Petit Larousse 2014

Publié le 5 juillet 2013
Dernière modification : 2 avril 2014

Le Petit Larousse 2014 est paru le 6 juin 2013. Il s’agit d’une mise à jour de l’édition 2013, de taille moyenne avec une centaine d’articles nouveaux et environ 70 sens et composés nouveaux.

La couverture du Petit Larousse 2014 est fidèle à elle-même : entièrement renouvelée, mais semblable en tous points aux précédentes, avec des illustrations relatives à la nature, à l’énergie, etc. Sur cette couverture se côtoient en effet un tigre (après un lion en 2003 et 2004), une feuille (comme en 2012), le schéma d’une molécule (comme en 2012), des éoliennes (comme en 2011, et après une ampoule en 2008), une métropole la nuit (comme en 2008, 2010, 2011, 2012 et 2013), la tour Burj Al Arab de Dubai (après le Centre Pompidou en 2003, le pont de Londres en 2008, le Sphinx de Gizeh et l’opéra de Sydney en 2009), un TGV, un skieur (après un basketteur en 2008, un autre skieur en 2009, Usain Bolt en 2012 et un nageur en 2013), Sophie Marceau (qui succède à la Marilyn Monroe de 2008 et à l’Audrey Tautou de 2010), le pape François (après Louis XIV en 2009, Barack Obama en 2010, Nelson Mandela en 2011, Napoléon et Aung San Suu Kyi en 2012, le dalaï-lama en 2013), enfin une toile de Gauguin (mais la même qu’en 2012…). Il ne va pas être difficile de deviner à quoi ressemblera la couverture du Petit Larousse 2015 ! Par ailleurs, la couverture du grand format diffère de celle du petit format, puisque Yannick Agnel y remplace le pape François.

De nouvelles planches thématiques ont été ajoutées : Les automobiles de légende, La découverte de la matière, Les jeux Olympiques d’hiver, Le rock, La science-fiction, Les nouvelles technologies, Les mots de la Grande Guerre. La page de chronologie de la Première Guerre mondiale est remplacée par une frise illustrée et des cartes. Dans le sommaire (page 6), les planches sont classées thématiquement et plus alphabétiquement. Malgré ces nombreuses pages ajoutées, le nombre de pages du Petit Larousse reste inchangé. Les 16 pages nécessaires aux nouvelles planches ont été obtenues en supprimant des planches (Les déserts), en diminuant le nombre de pages des lettres V et WX de la partie langue française, en supprimant des cartes en annexe (France administrative, fuseaux horaires), et en supprimant des listes en annexe (prix Nobel de physique, de chimie, de physiologie/médecine, de sciences économiques, médaille Fields, académie des Goncourt, membres de l’Institut hors Académie française).

Dans le dossier de presse du Petit Larousse 2014, les auteurs ont dévoilé presque 50 % des nouveautés de la partie langue (articles, sens et composés confondus). Parmi les autres nouveautés, on retrouve comme d’habitude un lot de sigles (EHPAD, SEP, etc.), d’emprunts (battle, loubavitch, télémark, etc.), de mots familiers (gruge, à deux balles, c’est du lourd), de mots techniques (biomarqueur, explantation, etc.), de mots régionaux (caïon, clue). Les mots nouveaux sont bien choisis et bien définis (seuls sonnent faux les exemples forgés pour les mots familiers : « Quelle poilade, cette réforme ! », « Cet auteur, son dernier roman, c’est du lourd ! », « Ce discours politique, quelle musique d’ascenseur ! », etc.). La taille moyenne des nouveaux articles est l’une des plus élevées depuis 1998, ce qui est le signe que les lexicographes ont plus d’amplitude pour leur rédaction.

D’après la quatrième de couverture, le Petit Larousse passe de 62 000 à « plus de 62 500 mots », alors qu’une centaine d’articles sont ajoutés. L’écart entre le nombre de mots annoncé et le nombre réel d’articles ne cesse de s’accroître.

Comme en 2013, les ajouts ne sont pas compensés par des suppressions dans le texte, mais plutôt par la réduction de l’interlignage ou de quelques illustrations, également par le rapprochement des illustrations et du texte. Les lexicographes sont désormais libres de retoucher tout le texte et de changer toutes les pages s’ils le souhaitent. Mais s’ils ont pris cette liberté dans la partie noms propres, la partie langue est restée relativement rigide, avec environ les deux tiers des pages non retouchées (ce qui est tout de même nettement moins que les 75 à 80 % de pages non retouchées des Petit Larousse d’avant 2012).

J’évoquais dans le compte rendu du Petit Larousse 2013 un nombre important d’erreurs dans le texte. La plupart ont été corrigées, mais quelques-unes se sont malheureusement glissées dans la nouvelle édition, notamment dans le texte ajouté. C’est d’autant plus curieux que l’ensemble du texte ajouté dans la partie langue, toutes les lignes mises bout à bout (hors nouvelles planches), ne représente environ que deux pages de Petit Larousse. Comment plusieurs coquilles peuvent-elles se glisser dans à peine deux pages, préparées pendant toute une année et destinées à être imprimées à des centaines de milliers d’exemplaires ? Même remarque pour le dossier de presse et la graphie erronée haschtag que la presse a reprise en chœur, alors qu’on trouve bien hashtag dans le dictionnaire.

Côté orthographe, le travail d’ajout des Rectifications de l’orthographe de 1990, incomplètement mené en 2012, a été poursuivi cette année. Mais les plus de 50 changements orthographiques pratiqués dans cette direction dans cette édition 2014 ne font pas le compte, et il reste encore un nombre très important d’articles pour lesquels l’absence de mention d’une graphie issue des Rectifications n’est pas justifiée.

Ce compte rendu ne serait pas complet si l’on n’évoquait pas la définition de mariage et le pape François, ou plutôt la navrante stratégie de communication de l’éditeur. D’un côté, un tollé pour avoir annoncé que la définition de mariage serait modifiée dans l’édition 2014, pendant les débats à l’Assemblée sur le mariage pour tous, tollé à peine apaisé par le communiqué mis en ligne pendant quelques jours par Larousse. Les éditions Robert avaient connu la même mésaventure en faisant entrer pacs à l’édition 1999, six mois avant l’existence officielle de ce pacte. Annoncer publiquement les modifications apportées au texte, dans un souci de transparence, me semble être une excellente chose : bravo à l’éditeur pour sa franchise. Mais à ne jamais démentir que le dictionnaire a valeur de loi, de référence officielle, puisque c’est cette croyance qui en fait un succès de librairie – un long-seller, le mot entre à la nomenclature –, il est pris à son propre jeu. C’est un comble : on lui reproche de modifier son propre texte.

De l’autre côté, la dépêche AFP sur le Petit Larousse annonce l’entrée du pape François, ce dont se garde pourtant le dossier de presse. Ici les deux formats sous lesquels le Petit Larousse est produit, pour la première fois (à ma connaissance), divergent. Le tableau suivant récapitule ce que l’on trouve dans l’un et l’autre format.

Le pape François figure : dans le petit format dans le grand format
sur la couverture oui non
dans le tableau des papes (p. 828) non non
à la nomenclature des noms propres (p. 1494) non oui
dans la chronologie universelle (p. 1998) oui non

Tout semble avoir donc été fait à la hâte, et surtout l’annonce de l’entrée du pape François dans le dictionnaire, un peu exagérée. Si l’éditeur choisit d’estampiller « 2014 » un produit bouclé en mars 2013, et d’avancer sa date de parution encore un peu chaque année, il doit en assumer les désordres. Et à ceux qui voudraient se procurer l’édition de Noël du Petit Larousse 2014 pour avoir un dictionnaire dont le millésime corresponde au calendrier : sachez qu’elle est imprimée en même temps que l’édition phare, et que seule la couverture change.

Terminons sur une note positive : le prix du Petit Larousse petit format repart à la baisse et retrouve son niveau de 2012, à savoir 29,9 € en France métropolitaine. Le grand format, curieusement rebaptisé Grand Larousse alors qu’il ne s’agit que d’un tirage un peu agrandi, coûte lui 45,9 €. Quant à la mention « fabriqué en France » portée en quatrième de couverture du petit format, elle est absente du grand format, imprimé en Italie – mais les deux sont imprimés sur du papier Sappi sud-africain.

alaouite → alawite (renvoi)

alawite ou alaouite

anime

art-thérapie

atopie

atopique

battle

billetage

biomarqueur

biométhane

biomimétisme

bioraffinerie

bo bun ou bo-bun ▲ bobun

botoxé, e

bouèbe

caïon ou cayon

cayon → caïon (renvoi)

chialeux, euse

climatosceptique

clue

connecté, e

cougar

CRDS ou C.R.D.S.

cupcake

cyberdéfense

décollecte

démondialisation

déneigeur, euse

désinscrire (se)

diplômant, e

double-flux

dyslipidémie

dystopie

écoblanchiment

EHPAD ou E.H.P.A.D.

EIRL ou E.I.R.L.

engrain

épouairer

explantation

explanter

Flashcode

flashmob

flerovium

fracturation

frigolite

gambiste

gnaoua → gnawa (renvoi)

googliser

gruge

hashtag

intertexte

intifada

JT ou J.T. (était sorti en 2013)

libertarien, enne

livermorium

lombricompostage

long-seller ▲ longseller

loubavitch

lounge

matcha

médiasphère

mème

méthanisation

meuron

microalgue

microfinance

moustique-tigre

murale (était sorti en 1998)

nanobiologie

nanocapteur

nomophobe

orwellien, enne

papetière

pogo

poilade

post

préquelle ou préquel

prioriser

progeria ou progéria

réindustrialisation

réindustrialiser

ressenti

rétrocommission

scan

SEP ou S.E.P.

slopestyle

speed dating

subclaquant, e

sultanine

surdiagnostic

télémark

textoter

thanatopracteur, trice

trois-roues

2. tweeter → twitter (renvoi)

vingtenaire

vivre-ensemble

voxographie

Zumba

Articles déjà présents recevant un nouveau sens (liste non exhaustive)

accessible

accrochage

anthropique

2. conseiller, ère

contre-emploi ▲ contremploi

édition

fenian, e

formateur, trice

frapper

gouvernance

héliotropisme

imprimer

métropole

microsatellite

minimaliste

peser

porte-drapeau

printemps

ravier

reconstruire

renouvelable

vitrification

Composés nouveaux (liste non exhaustive)
* : article dans lequel le composé est défini

*accommodements raisonnables

en *accordéon

*appuyer là où ça fait mal

à deux *balles

*bar à (+ n.)

*base de défense

syndrome du *bébé secoué

*bijoux de famille

sable *bitumineux

marche *blanche

s’engouffrer dans la *brèche

un *brin

tombé du *camion

brûler sa ou ses dernière(s) *cartouche(s)

*chien de poche

effet (de) *cliquet

effet *cocktail

*code-barres 2D ou *code-barres à deux dimensions

collège *communal

*contraction économique

*corps intermédiaire

*entreprise individuelle

grande *entreprise

petit *épeautre

*étalement urbain

monter au *filet

*fils, fille de

*flore intestinale

*génération Y

*guerre éclair

ne plus *imprimer

*initiative citoyenne européenne

c’est du *lourd

*maison de retraite

longue *maladie

*modèle standard

*musique d’ascenseur

*orientation sexuelle

huile de *palme

*parc à conteneurs

pour des *pinottes

*pompier pyromane

*règle d’or (budgétaire)

*risque majeur

être *tanné de

*thérapie cellulaire

*tourisme rural

*tourisme sexuel

*transposition d’une directive

*village gaulois

Valid XHTML 1.0 Strict